Informations 

Les informations trouvées dans la presse

Voici pourquoi vous devez muscler votre périnée

Le périnée est une structure anatomique présente autant chez les hommes que chez les femmes, et qui joue un rôle fondamental tout au long de la vie. Tout le monde a déjà entendu parler de cette mystérieuse partie du corps, mais peu savent vraiment où elle se trouve et de quoi elle est composée. ....
Voir l'article complet

Le Guide anti-toxique de la grossesse

Vous avez peut-être l'impression que vous respirez le même air, que vous buvez la même eau, que vous mangez les mêmes aliments que vos grands-parents, or c'est complètement faux ....

Voir l'article complet

Bébé devient mélomane

Une quarantaine de centimètres et plus d'un kilo et demi, votre bébé commence à se sentir à l'étroit, ainsi il limite ses mouvements. Il est désormais très attentif à vos conversations et à la musique que vous lui passez....

Voir l'article complet

Cet été, comment éviter le masque de grossesse ?

Le chloasma. C’est le nom scientifique du masque de grossesse, ces taches brunes ou grisâtres qui apparaissent sur le visage de certaines femmes enceintes. L’exposition au soleil favorisant son développement,...

Voir l'article complet

Sport et grossesse : l'activité physique réduirait les risques de diabète gestationnel

La pratique modérée de l'exercice physique au cours de la grossesse permettrait de réduire de 36% le risque de diabète gestationnel, affirment des chercheurs espagnols dont les conclusions étaient publiées le 3 juin par la revue BJOG...

Voir l'article complet

Test de grossesse : bientôt possible via un smartphone ?

Des chercheurs de l’université d’Hanovre en Allemagne ont imaginé un capteur optique autonome pour smartphone qui pourrait détecter une grossesse ou surveiller un diabète. Un dispositif révolutionnaire qui pourrait servir à réaliser différents tests biologiques rapidement et à moindre coût...

Voir l'article complet

Grossesse: Faire du sport réduirait les risques d'accoucher d'un enfant en surpoids

Si l’on en croit une étude canadienne publiée dans la revue Obstetrics & Gynecology, les femmes enceintes qui sont actives pendant leurs grossesses ont plus de chances d’accoucher d’un bébé de poids normal...

Voir l'article complet

Le lait maternel s'adapte au sexe de l'enfant

Le lait des mères a une composition différente selon qu'elles donnent naissance à un garçon ou à une fille, révèle une recherche publiée vendredi. "Les mères produisent des recettes biologiques différentes pour un garçon et pour une fille", a expliqué Katie Hinde, une biologiste de l'université de Harvard...
Source AFP (Journal Le Point)

Voir l'article complet

Le menu équilibré qui prévient le risque d’accouchement prématuré

Fruits, légumes et céréales complètes : les femmes enceintes qui en mangent beaucoup réduisent considérablement le risque d’une naissance prématurée, révèle une étude publiée dans la revue British Medical Journal (Maternal dietary patterns and preterm delivery: results from large prospective cohort study).
Source Revue Science-et-Vie

Voir l'article complet

Faire du sport durant la grossesse favorise le développement cérébral du bébé

Pratiquer des exercices physiques trois fois par semaine durant la grossesse, au cours de sessions n’excédant pas les 20 minutes, favoriserait le développement du cerveau du bébé...
Source Revue Science-et-Vie

Voir l'article complet

Sport et grossesse

Grossesse est pour beaucoup synonyme de repos, où toutes activités physiques et, encore plus, sportives doivent être proscrites. Pourtant, hormis souci médical particulier, être enceinte ne rend pas fragile au point de ne plus pouvoir faire le moindre mouvement, au contraire, bouger permet de garder la forme et d’être en meilleure condition pour le grand jour.

Voir l'article complet

Droitiers et gauchers

Selon un article de Science et Vie N°1158 de mars 2014, la prévalence augmentée de droitiers dans la population serait due à la position fœtale in-utero privilégiant le dos du bébé sur le coté gauche de la maman libérant donc la main droite et sa mobilité....
Source Revue Science-et-Vie
Option sur abonnement (non disponible en ligne)

Le cycle féminin

Femme


Un cycle dure en moyenne 28 jours et comprend trois phases:
 
1 La phase folliculaire (la sécrétion de la folliculine provoque la croissance de l'ovocyte) du 4e au 14e jour environ. La température corporelle est inférieure à 37 °C durant cette période.
 
2 La phase d'ovulation (elle est déclenchée par l'hormone lutéinisante, ou LH) vers le 14e jour. La température corporelle chute (36,5 °C) juste avant l'ovulation puis s'élève juste après (au-dessus de 37 °C).
 
3 La phase progestative (la progestérone prépare l'utérus à recevoir un possible ovule fécondé en accroissant les vaisseaux sanguins de la muqueuse utérine) du 14e au 28e jour. La température corporelle reste élevée (37,2 °C).
 
La période de l'ovulation habituelle se situe entre le 12e et le 16e jour du cycle (très exactement 14 jours avant les prochaines règles), la durée de vie des spermatozoïdes étant courte (3 à 4 jours), cette phase est donc très brève pour une fécondation possible. La prise de la température est une méthode plus ou moins efficace pour déterminer la période d'ovulation (il existe maintenant des tests d'ovulation très fiables, mais qui restent assez coûteux). Si l'ovocyte n'est pas fécondé, l'hormone progestative le transforme en corps jaune (il va diminuer puis disparaître). La muqueuse utérine libère le sang inutile: c'est la période des menstruations (règles) qui dure 3 à 5 jours. Puis le cycle recommence de la même façon.

Le début de la vie

Fooetus


Le gamète mâle (spermatozoïde) s'unit au gamète femelle (ovocyte) au niveau de la trompe de Fallope: c'est la fécondation. (Quelque 200 à 300 millions de spermatozoïdes étaient prêts à conquérir la cellule sexuelle femelle, mais seuls quelques milliers sont parvenus à sa proximité et un seul a réussi à atteindre son but.) Immédiatement, une substance sécrétée par l'ovule durcit sa membrane afin de la protéger et d'empêcher d'autres spermatozoïdes d'y pénétrer. La fusion de ces deux gamètes donne une cellule unique: l'œuf. Le cycle de la vie commence.
 
Cette nouvelle et toute première cellule va se diviser en 2, puis en 4, 8, 16, et ainsi de suite: la segmentation, ceci sans augmentation de volume (tout au moins au début). Cet amas de cellules ressemble à une petite mûre (la morula) qui va former un embryon tandis qu'une autre partie donnera le placenta. Cet œuf se déplace doucement durant 3 jours jusqu'à se fixer contre la paroi de l'utérus: la nidation.
 
C'est le début de la grossesse (environ 7 jours après la fécondation).
 
L'utérus est prêt à accueillir cet œuf grâce à une hormone spécifique sécrétée par les ovaires: la progestérone. Celle-ci bloque les contractions utérines, permet l'épaississement de la paroi de l'utérus et le développement des vaisseaux sanguins afin de nourrir l'œuf qui, à partir de ce moment, augmentera progressivement de volume. Les cellules ainsi multipliées se regroupent en trois familles: certaines vont former le système nerveux, la peau, les cheveux (l'ectoderme), d'autres le squelette, le cœur, les muscles, l'appareil urinaire et génital (le mésoderme), les dernières créent les poumons et l'appareil digestif (l'endoderme). Ce développement va durer environ 270 jours (de 38 à 42 semaines), soit trois fois 3 mois. Le premier trimestre est celui de la formation des organes, le deuxième celui du développement de ceux-ci, le dernier celui du perfectionnement et de la croissance.
 
N.B. : si l'œuf ne descend pas dans l'utérus et reste bloqué dans la trompe, c'est une grossesse extra-utérine, qui ne peut se développer normalement et cause des hémorragies graves. Une hospitalisation est nécessaire pour en stopper l'évolution et empêcher toute aggravation. Une surveillance particulière sera envisagée lors d'une future grossesse.

Les signes de grossesse

Femme enceinte

• Le retard des règles est souvent annonciateur (mais certaines femmes ont des cycles irréguliers qui prêtent à confusion).
• Les seins augmentent de volume (par la sécrétion de l'hormone de la lactation : la prolactine).
• La température corporelle reste supérieure à 37 °C.
• L'odorat est plus développé et certaines odeurs peuvent donner du dégoût.
• Des nausées sont fréquentes, surtout le matin, parfois des vomissements ou des malaises.
• Plus fatiguées, les femmes enceintes ressentent fréquemment le besoin de dormir. L'appétit se modifie aussi. 
• L'influence hormonale a un rôle important, à la fois du point de vue physique et psychique.
La présence des gonadostimulines (hormones hCG) se détecte dans les urines (ce qui permet l'utilisation d'un test de grossesse) ou grâce à une simple prise de sang (mêmes hormones présentes).

La césarienne

Bébé à la naissance

La césarienne est un mode d’accouchement par voie chirurgicale avec réalisation d’une incision horizontale d’environ 10-15 cm au-dessus de l’os du pubis afin de permettre la naissance du bébé par « voie haute ».
 
Indications
Les principales indications sont :
•Identifiables dès la grossesse : césarienne programmée ou élective
Antécédent de césarienne selon les conditions locales (faible épaisseur de la cicatrice antérieure, douleur de la cicatrice, délais entre les deux césariennes inférieur à 18 mois)
La présence du placenta sur le col de l’utérus (placenta preavia)
Une position particulière du bébé (siège, transverse) ou les jumeaux (voir triplés) (ces indications sont variable selon les centres hospitaliers et l’expérience de l’équipe en place) 
•Présentes en cours d’accouchement : césarienne en urgence ou semi-urgence
Absence ou stagnation de la dilatation du col de l’utérus
Absence de progression du bébé dans le bassin
Anomalie du rythme cardiaque fœtal au monitoring faisant suspecter une éventuelle souffrance de ce dernier avec la nécessité d’une naissance rapide
 
Période idéale
En l’absence d’urgence en cours d’accouchement, on recommande de réaliser une césarienne vers 39 semaines d’aménorrhées (SA) afin de permettre au bébé de maturer son développement.
 
Complications
La principale complication est le risque d’hémorragie (plus important que pour un accouchement par voie basse) nécessitant une prise en charge intensive.
 
Déroulement
Réalisation d’une consultation pré-anesthésique au cours du mois précédent l’intervention permettant de choisir le mode d’anesthésie le plus approprié à votre situation (habituellement rachianesthésie).
Admission dans le service du prénatal la veille de l’intervention avec pose d’une voie veineuse périphérique ou cathéter veineux, rasage du pubis et explication/recommandations. Il sera nécessaire d’être à jeun au moins plusieurs heures avant l’intervention.
Transfert au bloc opératoire le matin de l’opération et pose d’une perfusion d’antibiotiques. Selon le désir du couple, il est possible pour le conjoint d’être présent au bloc opératoire aux cotés de la maman.
Réalisation de l’anesthésie, introduction d’une sonde urinaire jusqu’à la vessie afin de ne pas l’endommager, puis désinfection du ventre et pose de champs stériles.
Incision du bas ventre au niveau de la peau puis de l’utérus, et extraction du bébé avec parfois réalisation d’une pression au niveau abdominal. La naissance du bébé proprement dite est rapide en quelques minutes, seulement l’ensemble des étapes prend environ 30-45 min.
Le bébé sera rapidement montré aux parents puis examiné par le pédiatre et la sage-femme.
Pour finir, il faut procéder à la suture des différents tissus et refermer la plaie cutanée par des agrafes, du fils résorbables ou du gel collant.
La surveillance post-opératoire de 4 heures environ se fait en salle d’accouchement ou salle de réveil, ensuite la surveillance moins intensive se fait à la maternité ou il sera possible de se lever le jour même puis la sonde urinaire et la voie veineuse seront retirés le lendemain et les agrafes le 5ème jour (les fils résorbables ou le gel collant ne nécessite pas de retrait).
 
Ensuite…
La réalisation d’une césarienne ne compromet pas le choix d’un allaitement maternel, il faudra seulement trouver une position confortable et user de tisanes favorisant l’allaitement car la montée du lait peut être retardée.
Le séjour à la maternité est de 5 jours environ, à adapter selon votre état.
La cicatrice peut être insensible pendant plusieurs semaines ou générer des douleurs dans la zone autour.
Il est habituel d’avoir des contractions post-accouchement les 1ers jours et des pertes sanguines ou lochies durant le 1er mois.
Éviter de porter des charges de plus de 5 kilos (au plus votre bébé dans son maxi-cosi)
Dès la cicatrisation terminée et après avis auprès du gynécologue à 6 semaines post-accouchement, il est possible de prendre des bains et de débuter la rééducation périnéale (sollicitation du périnée au cours de la grossesse par le poids du bébé, etc.)
Pour une grossesse ultérieure il est en principe possible d’envisager un accouchement voie basse (par les voies naturelles) après discussion et accord avec le gynécologue. 

En cas d'urgence :
Contactez l’hôpital de votre lieu d’accouchement prévu :


Salle d’accouchement de l’hôpital de Sion : 027/603.42.00
 
Salle d’accouchement de l’hôpital d’Aigle : 024/468.83.00
 
Salle d’accouchement de l’hôpital de Lausanne : 021/314.50.96